Analyste, vous avez dit Analyste ?

par 8 Avr 2018Analyse de la Performance, Définitions

On a souvent fait l’amalgame avec un technicien informatique… eh oui, lui, il passe sa journée devant un ordinateur, il saura forcément réparer le mien, ou m’installer un logiciel ! Je vous vois d’ici afficher un petit rictus car vous avez déjà vécu cette scène si vous êtes un……………………………. Un quoi exactement ? un analyste vidéo, un analyste de performance ou un assistant vidéo du coach ?

Peu importe la discipline, pour ceux, comme moi, qui ont embrassé cette « profession » aux premières heures de l’entrée de la technologie dans le sport, il a fallu se faire une place. Nombre d’entre nous ont commencé par être le couteau suisse du club : un peu de communication, du secrétariat sportif (toujours cette idée des journées passées devant un ordi), un coup de main au centre de formation et j’en oublie sûrement…

Avant tout passionné, il ne compte pas les heures (les 35h c’est réglé avant le week-end et le début des compétitions…). Mais ce n’est pas propre à l’analyste, l’ensemble des staffs sportifs sont logés à la même enseigne.

Il n’a pas fallu attendre la fin des années 90 pour se poser la question de l’utilité, de l’apport d’un retour vidéo, d’une analyse post compétition. Dès qu’il a été possible de capter des images vidéos d’une compétition sportive, la machine s’est mise en place. Et si l’on se réfère aux ligues américaines, ils n’ont pas attendu la « toute puissance » du retour vidéo pour déjà s’atteler à obtenir des statistiques. Faites un tour sur l’historique de la NBA / MLB pour voir que tout se comptait déjà au milieu du 20èmesiècle.

Les premiers pas furent laborieux. Loin d’être un précurseur, je fais partie de ceux qui ont commencé avec 2 magnétoscopes, l’un enregistrant ce que l’autre diffuse afin de réaliser les premiers montages vidéos.

Puis les premières tours informatiques, et avec, les premiers logiciels de montage vidéo, pas du tout conçus pour le sport d’ailleurs… Et, enfin, est venu le temps des logiciels métiers (voi notre article). Depuis c’est une course à l’armement.

A l’époque il n’y avait aucune technologie, tous les pratiquants sportifs étaient sur un pied d’égalité. Aujourd’hui le niveau est, tout simplement, monté d’un (de plusieurs ?) cran. Technologie à fond, études des images et des datas par une armée d’assistants coachs. Au final, le résultat est le même, tout le monde a progressé et nous nous retrouvons de nouveau sur un pied d’égalité mais sur un palier supérieur.

Si l’on se réfère au modèle des formations anglo-saxonnes, ces dernieres ont défini une hiérarchie de poste(s) d’analyste(s)  : Stagiaire / Assistant video / Opposition analyst / First video / Head video / Performance analyst / Head performance.

J’en viens à un point qui me semble essentiel, notre place, notre action dans un staff technique. Être capable de capter de bonnes images et produire des datas pertinentes demande déjà une bonne maitrise du métier, mais encore faut-il arriver à les rendre utiles pour les autres membres du staff.

Voici donc le moment de LA question du jour : quelle est la différence entre un analyste vidéo et un analyste de performance ?

Je vais avancer une première réponse qui demandera d’être complétée au fur et à mesure que nous avancerons dans nos échanges (car voici bien le but de notre blog : échanger).

Un analyste vidéo travaille (analyse) des informations à partir d’images, il peut produire un découpage (aussi appelé codage ou séquençage), des montages de toutes sortes, des bases de données, etc. Il a une compétence sur la discipline analysée car il est assistant d’un (de plusieurs) coachs. Comme nous avons vu plus haut, il échange avec son (ses) entraineur(s), il sait quels sont les besoins (dans le jargon professionnel appelés « les bons de commande des coachs »).

L’analyste de Performance alors ? en prenant le mot « performance » comme base, il me semble qu’on élargit le domaine de compétence. Qu’est-ce que la performance ? c’est un résultat, une réussite voire un exploit. Un résultat chiffré, mesuré en temps, en distance ou en score à l’issue d’une épreuve ou d’une compétition. Si l’on veut analyser cette performance, il faut donc prendre en compte tous les paramètres, toutes les composantes qui ont permis d’établir cette performance. De ce fait on bascule donc vers une analyse tactique, physique, psychologique et de données qui peuvent aller jusqu’à l’ultra détail scientifique. On peut pousser vers le nutritionnel et j’oublie surement d’autres domaines qu’il faudrait prendre en compte.

L’analyse de performance pourrait donc être l’analyse d’une performance sportive prise dans sa globalité.

Le sujet est ouvert, à nous, à vous d’en débattre…